Related Posts with Thumbnails Ma famille qui n'était plus normale - Materno-blog

Materno-blog

Je m'inquiéterais plutôt pour ceux qui arrivent reposés au Ciel

29 janvier 2017

Ma famille qui n'était plus normale

Aujourd'hui, dimanche 29 janvier, je devais me lever tôt. Préparer le déjeuner. Habiller mes quatre enfants. Amener la grande à son activité. Aller à la messe. Rentrer déjeuner. Faire des gaufres. Remonter dans ma voiture avec tout le monde. Retourner chercher mon âinée. Passer une bonne soirée, comme un dimanche "en famille". 

Sauf que mon 3ème a choisi d'être malade. Malade genre "je vomis." 

J'ai essayé de lutter, de m'organiser quand même, j'ai retourné le problème, je ne voulais pas lâcher, je refusais de renoncer au programme de cette famille que j'essaie de maintenir à flots. Je me suis épuisée. Il est 14h30, je suis vidée de toute énergie. 

Parce qu'en réalité, ma famille n'est plus normale. Si j'ai un enfant malade à la maison, je n'ai personne pour le garder. Soit je le traîne à la messe en croisant les doigts pour qu'il ne vomisse pas en pleine homélie, soit je renonce. Soit je mets tout le monde dans la voiture pour déposer Petit Caillou aux louvettes en croisant les doigts pour qu'il ne vomisse pas dans un virage, soit je renonce. 

J'ai renoncé. 

Je vais vous dire, nous autres les mamans solos, nous nous battons pour garder un semblant de vie à peu près lambda. On court d'une activité à une autre en ayant l'air d'être ordinaires et bien rangées. C'est peine perdue. On ne mangera plus de ce pain là.

Je n'ai pas de mari pour prendre le relais, garder l'enfant malade ou amener les autres à la messe. Alors tant pis. Aux grands maux les grands remèdes. Pas de louvettes, pas de messe. C'est moche, on dira peut-être de moi, de nous, que nous n'avons aucune volonté. Peut-être. Mais nous ne devons compter sur nous-mêmes, quand les familles, les vraies, ont une base solide. Le socle de la nôtre, c'est notre fragilité, c'est nos nuits sans sommeils et nos espoirs déchus. 

Nous autres les mamans solos, nous ne serons plus jamais normales. 

Les "en famille", on les vomit. 

et ce n'est même pas un mauvais jeu de mot.

enfin presque pas.

C'est pas le tout de le dire, il faut encore l'accepter. Nous ne pouvons pas courir derrière un idéal qui est parti en fumée. Nous ne pouvons pas faire comme les copines, les mariées, celles de la race des comblées. Nous ne pouvons pas gérer seules des malades, des programmes trop remplis, des obligations. Alors on dépose les armes et on regarde de loin ce qui aurait dû être notre journée parfaite, il y a fort fort longtemps, dans une famille parfaite. 

Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes.

Tant pis pour les sorties, les obligations, et les qu'en dira t'on. Notre exploit à nous, c'est d'être encore debout. 

famillebonheur

 

Ecrit par Mam Solo à 14:52 - Parler de ma vie.. (juste un peu) - Les petits mots des Mamans [10] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Ma famille qui n'était plus normale

    ce que je trouve d'inadmissible c'est que dans ton entourage "bien comme il faut" (j'entends par là: catho), il n'y ait personne, même pas une famille un peu ouverte et sympa capable de te dépanner dans ces moments-là. Quitte à faire un détour de qqs kilomètres. Au moins pour amener ta grande à son activité. La messe, c'est plus compliqué quand l'enfant est malade, alors dans ces cas-là, la regarder à la tv en communiant en désir, c'est bien mieux que rien du tout. En tout cas c'est comme ça qu'on s'arrange quand, même avec un mari, tout nous tombe dessus et nous empêche de sortir, nous obligeant à tout annuler, messe et sorties. C'est juste la vie. Mais pouvoir compter sur les autres c'est essentiel. Je te souhaite de trouver des perles qui pourront à l'avenir t'aider, te dépanner, te soulager, pour que tu puisses vivre normalement ta vie de famille, même sans mari. Tiens bon ! Et grande grande udp. De tout coeur avec toi...

    Posté par stephix, 29 janvier 2017 à 15:35 | | Répondre
  • Voilà longtemps que je n'avais pas suivi les péripéties de votre vie... Je comprends bien ce que vous pouvez ressentir car je vis la même situation et supporte mal l'abandon des anciens "amis" et la solitude : je vous porterai donc particulièrement dans mes prières et vous souhaite très fort de vous entourer vite de bonnes personnes et de nouveaux amis bienveillants. Haut les coeurs, malgré tout !!

    Posté par nad, 29 janvier 2017 à 22:19 | | Répondre
  • De tout coeur avec vous. Vous etes une famille courageuse et admirable. Il n'y a pas de normalité dans ce monde. La vie est faite d'épreuves qu'on surmonte. C'est ce que j'essaie d'apprendre a mes enfants chaque jour, et que le bonheur n'est pas une destination mais des petits événements du quotidien que l'on provoque.
    Il ne faut pas se comparer aux autres, tout ce qui compte c'est d'être soudé et heureux.
    Tu es formidable, n'en doute pas.

    Posté par liloo, 30 janvier 2017 à 12:07 | | Répondre
  • Alors là, je m'abonne ! pourquoi ? parce que j'ai 4 enfants (et un mari), que je comprends ce que tu écris, que j'ai moi aussi un companion de moulinex (mais je ne fais que de la soupe avec ! je n'ai pas encore trouvé le temps en 6 mois de faire des experiences avec !)... et parce que meme avec un mari, je suis fatiguée, débordée, mangée par mon travail, désorganisée, et le plus souvent en mode survie... mais je crois que j'aime ça !
    Alors je suis certaine que je peux apprendre de toi (parce que suivre un blog, c'est encore dans mes possibilities, à condition que tu ne publies pas tous les jours !)

    Posté par Monsieur Croco, 31 janvier 2017 à 17:41 | | Répondre
  • je rejoins tout à fait les autres commentaires alors je n'en rajoute pas... ma prière vous accompagne !

    Posté par marg, 31 janvier 2017 à 21:33 | | Répondre
  • Sans rentrer dans les détails et avec des raisons différentes, on vis un peu de la même manière. Ma devise : «fais de ton mieux». Le mieux d'aujourd'hui n'est peut-être pas grand chose, mais c'est déjà ça.
    Le plus grand poison c'est encore et toujours la comparaison et le regard des autres sur la situation alors même que l'on se débat comme une lionne pour avoir un semblant de vie «normale» mais que l'on est seule à ramer. Il y a des renoncements que les autres sont prompts à juger alors que nous sommes dans la survie.
    Je pense souvent à toi, à ton courage, à toutes ces mères solos qui bravent la tempête. Hauts les coeurs, tu fais de ton mieux !

    Posté par Au petit bonheur, 31 janvier 2017 à 23:26 | | Répondre
  • Sans rentrer dans les détails et avec des raisons différentes, on vis un peu de la même manière. Ma devise : «fais de ton mieux». Le mieux d'aujourd'hui n'est peut-être pas grand chose, mais c'est déjà ça.
    Le plus grand poison c'est encore et toujours la comparaison et le regard des autres sur la situation alors même que l'on se débat comme une lionne pour avoir un semblant de vie «normale» mais que l'on est seule à ramer. Il y a des renoncements que les autres sont prompts à juger alors que nous sommes dans la survie.
    Je pense souvent à toi, à ton courage, à toutes ces mères solos qui bravent la tempête. Hauts les coeurs, tu fais de ton mieux !

    Posté par Au petit bonheur, 31 janvier 2017 à 23:26 | | Répondre
  • J'espère de tout cœur qu'après quelques jours vous avez retrouvé un peu d'énergie et de moral.
    Etant dans une situation globalement similaire je me suis fixée comme ligne de conduite : un jour après l'autre, ne pas me demander comment je ferai si c'était différent (sous entendu, s'il était là).
    Le manque de temps et mes limites physiques sont une vrai pauvreté que j'ai beaucoup de mal à accepter et c'est souvent bien difficile de devoir demander de l'aide, ou encore l'accepter en se disant que ce sera souvent impossible de pouvoir "rendre" quelque chose en échange.
    Une amie me disait il y a quelques jours (où moi aussi j'étais en plein découragement) que nous devons nous dire que nous sommes à notre juste place et que si le Seigneur permet qu'il en soit ainsi c'est que c'est comme cela que nous pourrons porter le fruit qu'il désire .... c'est parfois tellement dur à accepter.
    Je nous souhaite à toutes les deux d'avancer chaque jour paisiblement, de ne pas renoncer à nos idéaux mais de les vivre dans le réalisme de notre quotidien et de ne jamais douter que nous sommes dans les mains du Seigneur, Lui qui nous aime de toute éternité et qui ne veut que notre bonheur.

    Posté par A., 03 février 2017 à 17:24 | | Répondre
  • Comme vous, j'ai 4 enfants et dans les situations difficiles, j'ai l'habitude de me dire qu'"à l'impossible, nul n'est tenu". Ça m'aide à prendre du recul et à déculpabiliser...
    Courage à vous !

    Posté par Pimprenelle, 03 février 2017 à 22:26 | | Répondre
  • Cela fait des annees que je n'étais pas passée sur votre blog Et je vous souhaite de trouver l'énergie d'avancer avec les 4 petits... travailler est en effet prenant ect mais permet je pense de sortir du quotidien parfois difficile et de garder le Cap pour eux, pour vous.

    Posté par Porte plume, 10 avril 2017 à 08:45 | | Répondre
Nouveau commentaire