Related Posts with Thumbnails Et si on ne leur en parlait pas ? - Materno-blog

Materno-blog

Je m'inquiéterais plutôt pour ceux qui arrivent reposés au Ciel

19 novembre 2015

Et si on ne leur en parlait pas ?

Et si on avait envie de préserver un peu nos enfants ? 

Après l'horreur de vendredi, faudrait-il vraiment leur en parler ? Sommes-nous vraiment obligés de leur dire l'horreur, le massacre ? Et puis après tout, pourquoi ? 

Pour leur transmettre notre peur ? leur donner un passeport pour quelques nuits de cauchemars ? 

Samedi matin, je me suis tue. J'avais vécu une soirée pétrifiante, je n'ai rien dit. J'avais juste un peu mal à la tête et je m'étais couchée tard, voilà qui expliquait ma mine un peu déconfite. (bon d'accord, pas qu'un peu)

Nos enfants, qui vivent à 400 bornes de Paris, et qui ne sont pas au milieu des CRS et des routes barrées, auraient pu conserver un peu de naîveté. C'était ma volonté. A 8, 7, 4 et 3 ans, je n'ai pas vu l'intérêt. Même en simplifiant à coups de "il y a eu des méchants, mais la police a tout arrangé", (ce qui était partiellement vrai), je n'ai pas eu envie de leur mettre des images d'apocalypse en tête. Ils auraient pu ignorer, et apprendre seulement d'ici quelques années que le monde dans lequel ils allaient vivre s'annonçait vraiment vraiment vraiment tout pourri. 

Je n'ai pas eu envie de leur mettre des images d'apocalypse en tête.

La mâitresse s'en est chargée pour moi. 

Et puis, elle y est allée la bonne dame, suivant quelques directives de l'education nationale, merci Najat, avec quelques détails croustillants. 

Si bien que mon Petit Caillou, 8 ans, est revenue de l'école toute chamboulée. "Maman, tu ne vas plus aller à Paris, hein ?" "C'est horrible, 128 morts !", "Maman, j'ai pas réussi à dormir tu sais. Je pensais à tous ces morts." "J'ai fait des cauchemars. Tu ne vas plus aller à Paris hein ?", "Les terroristes ils peuvent aussi venir en Bretagne ?" 

Allons-y gaiement.

Merci Najat. 

Alors bien sûr, on me dira que si la maîtresse n'en avait pas parlé, la cour de récréation aurait fait son oeuvre. C'est vrai. Mais admettons que ma fille, assez isolée, n'ait jamais eu à entendre tout cela. Elle aurait eu des nuits apaisées, elle aurait des images de Noël en tête, et plus seulement une histoire de morts dans une salle de concert. Avec un chiffre, qui plus est. 

Peut-être faudrait-il partir de l'idée qu'on répond aux questions des enfants s'ils en ont, mais qu'on ne leur donne pas matière, d'emblée, à fantasmer, s'inquiéter, se tordre le ventre de peur. 

Peut-être faudrait-il ne pas oublier que non, tous les enfants de cette société ne sont pas biberonnés à BFMTV, et que certains ont même encore le droit à un peu d'innocence. La cruauté viendra bien assez vite. La vraie vie, celle qui fait peur et qui fait mal, aussi. 

fillette

Ecrit par Mam Solo à 15:28 - Les petits mots des Mamans [12] - Permalien [#]

Commentaires sur Et si on ne leur en parlait pas ?

    J'ai fait comme toi je n’en ai pas parlé, mes filles sont assez petites tu me diras, 4 ans, 2ans et demie et 16 mois. Et à priori la maitresse n'en a pas parlé, ouf

    Posté par Mandyline, 19 novembre 2015 à 15:33 | | Répondre
  • je suis d'accord avec toi, et puis je ne vois pas l'intérêt.... leur dire qu'il s'est passé quelque chose de grave oui.... mais que tout se règle... ok
    donner des détails non...

    Posté par Milena, 19 novembre 2015 à 15:38 | | Répondre
  • Tout à fait d'accord.... j'en ai pas parlé à mon 4 ans. D'ailleurs la maîtresse non plus, peut être qu'ils avaient ordre de ne pas le faire en maternelle. Et tant mieux. Comme toi je ne vois pas l'intérêt....

    Posté par Flo, 19 novembre 2015 à 15:40 | | Répondre
  • J'ai demandé à ma fille de 7 ans ce qu'elle avait entendu, car mon mari à écouter les nouvelles et je sais qu'elle est très attentive même si elle fait autre chose... elle m'a parlé des 128 morts mais n'a pas compris le mot attentat et m'a dit accident, je lui ai demandé si elle avait des questions... non alors je n'ai pas rebondi et elle dort bien, n'en parle pas . son frère (5ans) présent aussi lors des nouvelles était tellement plongé dans ses jeux que je crois qu'il n'a rien écouté... ce sont pour les "grands" ... . Il ne m'écoute déjà pas moi alors quelqu'un d'autre... pffff au dessus de sa tête ça passe et pour une fois tant mieux!

    Posté par matou, 19 novembre 2015 à 15:58 | | Répondre
  • O merci ma Sophie ! Enfin quelqu'un de normal sur cette terre Tu imagines si on devait raconter a chaque fois... Que nos enfants restent dans leur monde d'enfants !

    Posté par Zélie, 19 novembre 2015 à 16:36 | | Répondre
  • Dans ma classe de Moyenne Section, j'ai, comme chaque lundi matin, demandé aux enfants de me raconter leur week-end s'ils en avaient envie. Et voilà ce que j'ai entendu : j'aime jouer à la dînette, j'aime faire des dessins, j'aime faire du travail, je suis allé ramasser des feuilles mortes, je suis allé chez Papi et Mamie...Etc.
    L'innocence existe encore. Merci Mon Dieu.

    Posté par Au petit bonheur, 19 novembre 2015 à 16:47 | | Répondre
  • Bonjour, je suis enseignante en maternelle, PS et MS. J'ai décidé de désobéir : je n'ai pas parlé de ces horreurs à mes petits......qui ne m'en ont pas parlé non plus. J'ai juste parlé de la vie de l'école, de la classe, de leurs disputes. Je leur ai juste dit qu'il fallait se respecter, soi même et les copains.....
    Et moi, j'ai le sentiment d'avoir respecté leur innocence et leur joie de vivre......

    Posté par Pascale18, 19 novembre 2015 à 17:39 | | Répondre
  • je partage totalement. on vit dans une ville hyper paisible...mais on leur en a parlé samedi car on savait que l'école s'en chargerait pour nous (et les élèves c'est pire que les profs, avec les détails macabres de ce qu'ils ont vu à la télé ou les "mon père il dit que..." ou "tu sais machin il a des grenades chez lui"...), à la messe le dimanche matin ils en ont aussi entendu parler et on leur a dit qu'on avait préféré qu'ils l'apprennent par nous, avec nos mots, que c'était important d'en parler avec nous et avec notre espérance de chrétien. je crois que ça les a aidé mais que c'est dur de devoir partager ces atrocités à nos petits innocents dont on aimerait tant qu'ils puissent grandir avec le même sourire toute leur vie.

    Posté par Ad, 19 novembre 2015 à 17:45 | | Répondre
  • J'ai fait le même choix, je n'en ai pas parlé à mes enfants. Ils sont scolarisés en Suisse, il n'y avait pas de minutes de silence. Ils ne m'ont rien rapporté de l'école, je suis contente qu'ils restent dans leur monde d'innocence.
    En revanche, mes élèves n'arrêtaient pas d'en parler lundi matin...

    Posté par Marie-Anne, 19 novembre 2015 à 18:21 | | Répondre
  • Je te comprends.
    Plein de bisous.

    Posté par Anne-Claire, 19 novembre 2015 à 20:20 | | Répondre
  • Bonjour!
    Je viens de découvrir ce blog... très sympa; merci beaucoup pour tous ces articles!
    Pas encore maman, mais en formation pour être instit', alors un petit mot quand même... J'étais en stage le lundi après les attentats, et nous en avons parlé en classe de CE2.
    Je ne suis pas d'accord avec cette idée de parler aux enfants de ces "choses d'adultes" dont on aimerait préserver nos chères têtes blondes (et j'ai moi-même été bien protégée: Le 11-Sept, tout ça... Petite je n'en avais pas entendu parler et c'était une très bonne chose; merci les parents!)
    Mais le problème, c'est que la plupart des enfants en avaient entendu parler; et certains avaient passé tout le WE devant la télé avec leurs parents donc avaient vu/entendu bon nombre de précisions inutiles et cauchemardesques pour leur âge (je suis tombée des nues un peu horrifiée par ce qu'ils peuvent emmagasiner comme infos...). Et face à ça, en tant qu'instit, on est obligée de réagir. Ne serait ce que pour rassurer certains (ben oui, les parents ne le font pas tous, c'est terrible mais vrai) et couper court au déballage dans la cour de récré (même s'il est difficile à enrayer totalement).
    Le rêve serait bien sur que tous les enfants soient écartés de ces histoires malheureusement la réalité est loin!
    Alors un conseil:parlez-en à vos enfants. Sans développer, et en même temps sans camoufler (c'est affreux de se dire qu'on leur enlève leur innocence, je serai la 1ère maman à ne pas vouloir en parler!!) mais ne laissez pas l'école (oui oui, c'est bien une future instit' qui parle) se charger de parler de cela à votre place, c'est tellement délicat à aborder!!! Et certaines instits ne seront pas délicates pour 2 sous pour en parler...

    Posté par Clo, 25 décembre 2015 à 19:28 | | Répondre
  • C'est vrai qu'il ne faut pas faire peur à ses enfants...et c'est pour cette raison que je crois qu'il faut leur en parler! Selon leur âge, leur caractère, leur capacité à comprendre, en choisissant les mots, car nous sommes ceux qui les connaissent le mieux et nous saurons les protéger. Je crois qu'ils seront plus forts s'ils sont "armés" par des parents qui les aiment alors qu'ils risquent d'être bouleversés par les mots ou les images que d'autres pourraient leur lancer à la figure. C'est exactement la même chose avec l'amour! Ou on leur explique tôt ou on laisse l'école ou d'autres leur parler de sexe dans ce qu'il a de plus cru et d'insensé. Et cela arrive toujours plus tôt qu'on ne le croit.

    Posté par pierroline, 29 janvier 2016 à 15:50 | | Répondre
Nouveau commentaire